Veuillez noter que tous nos événements publics pour les mois de mai et juin sont suspendus.
la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Votre futur stagiaire sera un athlète de haut niveau

À chaque fin de cycle olympique et paralympique, des athlètes de haut niveau prennent leur retraite et embrassent une seconde carrière professionnelle. L’occasion pour les entreprises d’accueillir ces profils talentueux et qualifiés. Comment? Réponse grâce à l’histoire de deux jeunes de l’équipe nationale ainsi qu’à l’expertise de Montréal Relève et de l’Institut national du sport du Québec (INS).

Athlète de haut niveau… et étudiant

Vous les avez peut-être vus aux Jeux olympiques de Rio : Joseph Polossifakis et Sarah-Anne Brault sont deux athlètes de haut niveau, qui ont rejoint l’équipe nationale respectivement en 2009 et 2013, pratiquant pour le premier l’escrime et la seconde, le triathlon. Ils ont tous deux travaillé dur pour se hisser au sommet de la compétition, consacrant toute leur énergie, jour après jour, à l’atteinte de leurs objectifs. Et tous deux ont également eu leur lot d’épreuves : fracture de stress pour Sarah-Anne, alors qu’elle venait tout juste d’intégrer l’équipe nationale. La résilience sera le maître mot pour rebondir face à ces coups durs : Sarah-Anne inscrit quelque temps après cette fracture ses meilleurs résultats à la Série mondiale de triathlon en se classant 4e à Auckland. Mais ces blessures, qui se produisent à moindre échelle de manière courante dans la vie d’un athlète, sont autant de rappels qu’il y a une autre vie après une carrière au sein de l’équipe nationale.

« On ne peut pas être athlète toute notre vie, malheureusement. On veut l’être et on devient très bon jusqu’à un certain niveau, mais il faut toujours avoir un plan de rechange »

- Joseph Polossifakis

C’est dans cette perspective que Joseph a poursuivi ses études pendant sa carrière en obtenant, en 2014, son baccalauréat en commerce. Même chose pour Sarah-Anne, titulaire d’un baccalauréat en administration des affaires spécialisé en économie et en finances. Joseph et Sarah-Anne ne constituent pas des exceptions : pour la période actuelle (2017-2018), plus de 50 % des athlètes pratiquant un sport olympique continuent leur cursus universitaire et 42 % de ceux pratiquant un sport paralympique, selon l’INS Québec. C’est donc une main-d’œuvre qualifiée qui souhaite rejoindre dans un avenir plus ou moins rapproché le monde des entreprises. Encore faut-il avoir un tremplin pour tester ses compétences et comprendre le fonctionnement du marché du travail…

Relève Active : mailler une main-d’œuvre talentueuse et le milieu des affaires

… Et quoi de mieux qu’un stage en entreprise pour vérifier ses acquis et son nouveau choix de carrière? C’est ce que propose Relève Active, une initiative mise sur pied en 2015 par Montréal Relève, en collaboration avec l’INS Québec, dans la lignée du programme Plan de matchMC, qui vise au bien-être global des athlètes, tant pendant leur carrière qu’après. Relève Active propose un maillage inédit entre ces jeunes adultes et les entreprises. « Les stages sont adaptés aux horaires des athlètes, afin de leur permettre non seulement de sonder leurs intérêts, mais également d’ouvrir leurs horizons professionnels », souligne Gaëtan Robitaille, président-directeur général de l’INS Québec. C’est ainsi que Sarah-Anne a pu faire son entrée le monde des affaires en rejoignant Belairdirect.

« Ces athlètes de haut niveau ont un fort potentiel : non seulement ils sont qualifiés, mais ils possèdent aussi des qualités qui peuvent rapidement se transposer en milieu professionnel telles que la rigueur, la volonté de dépassement et de perfectionnement ainsi que l’esprit collaboratif. Ces qualités viennent de leurs années d’entraînement et de compétition. Elles font d’eux des candidats de choix pour les entreprises » – Marie-Élaine Normandeau, directrice de Montréal Relève.

Un constat partagé par Isabelle Quinn, propriétaire de l’entreprise Sweet Isabelle, qui a ouvert ses portes à une jeune athlète, Marie-Lou Morin, capitaine de l’équipe nationale de nage synchronisée, dans le cadre du programme Relève Active. Elle décrit cette dernière comme déterminée, passionnée et dotée d’un fort esprit d’équipe.

Un maillage gagnant pour tous puisque, selon Mme Normandeau, ces expériences favorisent la rétention sur le sol québécois d’une main-d’œuvre talentueuse. Depuis sa création, en 2015, Relève Active a permis à 25 stagiaires de réaliser ce type de stage.

Pour offrir une expérience concrète d’immersion professionnelle dans votre organisation :
>> Contactez Louise Legault, chargée de projets et développement
llegault@montrealreleve.ca
» Apprenez-en plus sur Relève Active
En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de vie privée et l’utilisation de témoins (cookies) pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus sur notre politique de vie privée