Nous travaillons sur la mise en ligne d'une nouvelle plateforme de gestion de la clientèle. Si vous éprouvez des difficultés avec notre site, veuillez consulter notre FAQ à ce sujet.
la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Faire bouger l’aiguille du Québec, une responsabilité collective

Le 1er juin dernier, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain recevait pour une causerie Mme Janie C. Béïque, présidente et cheffe de la direction du Fonds de solidarité FTQ. En poste depuis le 1er avril 2021, elle est la première femme à occuper cette position au Fonds. Son passage à notre tribune constituait sa première allocution publique depuis sa nomination.

Mme Béïque a présenté son interprétation des défis environnementaux et sociaux auxquels la société est confrontée, notre responsabilité collective face à cette conjoncture et la manière dont le Fonds s’engage à faire avancer le Québec. Retour sur les moments clés de la dernière causerie de la saison 2021-2022 à la Chambre.

« Rien n’est aussi contagieux que l’exemple. Lorsque des valeurs fortes guident nos décisions, il est possible d’en inspirer d’autres. » – Janie C. Béïque, présidente et cheffe de la direction, Fonds de solidarité FTQ

Un succès populaire qui ne s’essouffle pas

Le fonds d’investissement du Fonds FTQ a versé plus d’un milliard de dollars dans l’économie du Québec au cours de l’exercice 2021-2022. Le Fonds FTQ gère un actif net de 18,3 milliards de dollars qui contribue de façon durable au développement de l’économie et de l’emploi au Québec.

« Le Fonds de solidarité FTQ aura 40 ans l’année prochaine, un succès populaire qui ne s’essouffle pas. C’est 18,3 milliards de dollars d’actifs, un appui à plus de 3400 entreprises et 247 000 emplois. »

Janie C. Béïque est d’avis que le rendement financier demeure essentiel de nos jours, mais que ce critère à lui seul n’est plus suffisant pour mesurer le succès d’une entreprise. Le rendement social et environnemental est tout aussi important.

« Dans cinq ans, avec l’effet levier de nos actionnaires épargnants, 12 G$ auront été mis à contribution pour l’environnement. On investit pour le développement durable de notre société, de notre planète. »

Trois principaux défis à surmonter

Janie C. Béïque a profité de son passage à notre tribune pour partager sa vision et les principaux défis que le Fonds relèvera dans les prochaines années.

L’environnement

Au début de son allocution, Janie C. Béïque a évoqué que le plus grand défi du 21e siècle serait les changements climatiques.

« Nous n’avons pas atteint nos cibles climatiques. En 30 ans, nous avons réduit les émissions de gaz à effet de serre de 2,7 %, alors que le Québec s’est fixé une cible de réduction des émissions de 37 % en 2030 par rapport à 1990, ainsi que l’atteinte de la carboneutralité d’ici 2050. Nous devons revoir notre modèle économique; une transition juste sera notre priorité. »

L’épargne-retraite

Les régimes d’épargne-retraite sont en réduction constante, selon la présidente et cheffe de la direction du Fonds de solidarité FTQ. La responsabilité de se préparer à la retraite se transfère sur les épaules des gens, déplore-t-elle.

« Le Québec a les retraités les plus pauvres au Canada. Il faut continuer de travailler sur l’épargne-retraite, c’est primordial, surtout dans un contexte de vieillissement de la population. »

L’humain au cœur des décisions

La pression est élevée : l’inflation gagne du terrain, la guerre sévit en Ukraine, les chaînes d’approvisionnement sont fragilisées et le stress et l’anxiété enregistrent une montée. à cela s’ajoute une autre pandémie selon Janie C. Béïque : les gens se sentent déconsidérés et désabusés, et ils souhaitent redonner un sens à leur vie.

« Pour redonner un sens à sa vie, il faut repenser sa raison d’être. La technologie fait partie de la solution, elle est au service des personnes et des travailleurs afin de les faire évoluer. Il est important que les entreprises soient productives, mais aussi les humains qui les composent. »

Janie C. Béïque a conclu cette causerie avec un message empreint de bienveillance. Elle a souligné l’ampleur des défis actuels et futurs, mais a rappelé que le Fonds de solidarité FTQ demeure près des entreprises qu’il accompagne.

« On investit dans des projets et dans des rêves. Nous avons néanmoins le devoir d’éduquer les entreprises pour qu’elles puissent faire une différence. »

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de vie privée et l’utilisation de témoins (cookies) pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus sur notre politique de vie privée