la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Les enjeux liés au développement des affaires en Chine : retour sur l’événement du 21 octobre dernier

 La Chambre de commerce du Montréal métropolitain tenait le 21 octobre dernier son tout premier événement portant sur les relations commerciales avec la Chine. Pour l'occasion, une centaine d'invités étaient réunis au Palais des congrès pour entendre Hubert Bolduc, président d'Investissement Québec International, Jean Charest, ancien premier ministre du Québec et associé chez McCarthy Tétrault, et Jean-François Lépine, président, Solix Globe inc. et ancien directeur des représentations du Québec en Chine, discuter des risques et des enjeux potentiels à considérer pour les entreprises qui désirent développer leurs relations d'affaires avec la Chine.

L'évolution des relations Canada-Chine

Le marché chinois est un incontournable pour les entreprises exportatrices québécoises. En plus d'être le deuxième partenaire commercial en importance après les États-Unis, la Chine reçoit des exportations du Québec totalisant 5 milliards de dollars. À l'inverse, le Québec reçoit 11 milliards de dollars de produits par année provenant de la Chine. Même si la balance commerciale peut sembler défavorable pour le Québec, Hubert Bolduc se veut rassurant. Les exportations québécoises progressent rapidement selon lui.  

« On doit accompagner les entreprises qui veulent aller en Chine. Il y a place à l'amélioration et on doit poursuivre nos efforts. » – Hubert Bolduc, président, Investissement Québec International

Pour sa part, Jean-François Lépine est optimiste quant au développement des affaires en Chine. Avec sa population de 1,4 milliard d'habitants et sa classe moyenne de 500 millions de consommateurs, la Chine représente un immense marché que les entreprises québécoises ne peuvent pas ignorer. Même si le climat interne est tendu, l'ex-directeur des représentations du Québec en Chine a toujours senti beaucoup de respect de la part des Chinois.

« Même s'il y a des tensions, il existe une réelle volonté de la Chine de continuer à croître. » – Jean-François Lépine, président, Solix Globe inc. et ancien directeur des représentations du Québec en Chine (2015-2021)

Jean Charest met toutefois les exportateurs en garde : il existe des enjeux préoccupants en Chine qui sont impossibles à ignorer. C'est le cas notamment des tensions politiques qui ont mené à l'arrestation de la directrice financière du géant des télécoms Huawei, Meng Wanzhou, puis à celle des deux Canadiens Michael Spavor et Michael Kovrig, sans oublier le dirigisme de la Chine envers Hong Kong et ses menaces sur Taïwan. Cependant, il ajoute que ces enjeux doivent être replacés dans un contexte et une trame historique propres au pays.

« La Chine est une locomotive de prospérité. Nous avons intérêt à faire front commun avec d'autres pays pour aborder stratégiquement ces enjeux. » – Jean Charest, ancien premier ministre du Québec et associé chez McCarthy Tétrault

La responsabilité sociale de nos entreprises en Chine

Jean Charest fait remarquer que le Québec et le Canada vivent à côté d'une superpuissance – les États-Unis – et que le Québec a été plus d'une fois victime de son autoritarisme.

« Il faut apprendre à composer avec les éléments déplaisants du régime chinois, tout en lui rappelant notre désaccord sur ces enjeux. Nous devons en même temps garder une vision plus large du développement du marché indopacifique. » – Jean Charest

Les bonnes pratiques à adopter pour du développement d'affaires en Chine

« Il faut faire preuve d'une grande prudence en raison du risque d'arbitraire des lois locales. La Chine nous traite avec respect, mais il nous faut arriver bien préparés. »  – Jean-François Lépine, président, Solix Globe inc. et directeur des représentations du Québec en Chine (2015-2021)

Les trois experts présents au panel s'entendent pour dire que ce ne sont pas toutes les entreprises qui peuvent faire du développement d'affaires en Chine. C'est pour cette raison qu'il faut soigneusement se préparer et qu'autant d'information et d'accompagnement pour les entreprises existent, rappelle Jean-François Lépine. Ce dernier conseille également de rester en contact avec les ambassades, de demeurer dans un cadre légal et de ne pas enfreindre la loi. Selon lui, les tensions politiques vont continuer d'affecter les relations commerciales entre le Canada et la Chine et les entreprises devront s'y habituer. Jean-François Lépine ajoute toutefois que le contexte d'affaires demeure sécuritaire malgré tout et que la Chine représente une porte d'entrée vers d'autres marchés asiatiques à exploiter par nos entreprises.

« On va continuer d'accompagner nos entreprises; le potentiel de marché est immense en Chine. On doit y mettre le pied plus souvent. » – Hubert Bolduc, président, Investissement Québec International

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de vie privée et l’utilisation de témoins (cookies) pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus sur notre politique de vie privée