la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Quatre pistes d’action pour une stratégie de la main-d’œuvre réussie

Plus d’un million de postes devront être pourvus au Québec d’ici 2020. Cela représente des milliers de personnes à former, d’immigrants à intégrer et de programmes à revoir pour s’assurer d’une adéquation efficace entre les besoins des entreprises et les compétences des travailleurs disponibles. Il ne fait aucun doute que les défis qui attendent le Québec en matière de main-d’œuvre sont énormes.

Les 16 et 17 février 2017, la Chambre de commerce du Montréal métropolitain a participé au Rendez-vous national sur la main-d’œuvre (RVNMO), qui s’est déroulé à Québec. La Chambre a profité de l’occasion pour demander au gouvernement de mettre en place des actions concrètes en lien avec les quatre priorités suivantes :

Priorité 1 – Miser sur une approche agile et concertée pour développer les compétences du futur

Le gouvernement doit faire preuve de leadership en adoptant une approche globale et cohérente d’arrimage des différents programmes liés à l’adéquation formation-emploi et à l’intégration en emploi. Alors que plusieurs secteurs feront face à des pénuries de main-d’œuvre spécialisée, il est impératif d’aller de l’avant de façon concertée. 

Cette approche doit cependant faire preuve d’agilité. Elle doit permettre aux établissements d’enseignement d’adapter rapidement leurs programmes et d’offrir une formation qui reflète les besoins changeants en matière de main-d’œuvre. Cependant, cette exigence d’agilité n’incombe pas seulement aux établissements d’enseignement, mais également aux différents ministères, organismes et entreprises.

Priorité 2 – Développer une politique de la main-d’œuvre adaptée à la réalité de la métropole

L’approche préconisée doit prendre en compte la particularité des besoins de main-d’œuvre du Grand Montréal. Forte de la présence de neuf grappes industrielles, la métropole est la locomotive économique du Québec et plusieurs secteurs économiques stratégiques sont concentrés dans la région métropolitaine.

Montréal possède également le plus grand réseau universitaire et collégial, faisant d’elle un acteur incontournable de la formation de la main-d’œuvre au Québec. La stratégie de la main-d’œuvre adoptée par le gouvernement doit donc s’assurer de faire le pont entre ces différentes organisations et entre les six régions administratives qui composent le Grand Montréal. 

Priorité 3 – Augmenter le taux de diplomation au niveau technique, professionnel et universitaire au Québec

Un point important semble ne pas avoir été assez mis de l’avant lors du Rendez-vous national sur la main-d’œuvre : le faible taux de diplomation de la population du Québec. Une stratégie de valorisation de l’éducation doit être mise en place.

Il faut se rappeler qu’un développement efficace des compétences passe par la formation continue, mais également par la hausse de la diplomation dans les disciplines techniques, professionnelles et universitaires. Il s’agit d’une condition essentielle à la pérennité de nos entreprises, qui dépendent de la disponibilité à long terme d’une main-d’œuvre qualifiée et compétente. Le gouvernement peut agir dès maintenant en faisant de l’éducation la priorité de son prochain budget.

Priorité 4 – Prioriser l’intégration des immigrants

Les discussions lors du RVNMO ont confirmé l’importance de l’intégration et de la rétention des immigrants. Le gouvernement doit s’assurer de mieux arrimer le profil de compétences des immigrants avec les besoins de nos entreprises, en passant d’un modèle axé sur le capital humain à un modèle axé davantage sur la demande de nos entreprises.

Il faut également s’assurer d’augmenter la rétention des immigrants en offrant suffisamment de mesures de francisation aux étudiants étrangers et aux nouveaux arrivants.

La Chambre entend d’ailleurs continuer à faire preuve de leadership en matière d’intégration et de francisation des immigrants, notamment à l’aide de son programme Interconnexion et de son programme de jumelage linguistique entre commerçants et étudiants.

Ces quatre priorités constituent une base commune à partir de laquelle les divers groupes présents au RDVNMO peuvent  travailler pour s’entendre sur les orientations et les mesures à adopter face aux importants défis de main-d’œuvre du Québec.

La Chambre a organisé en février 2016 un Forum stratégique sur les compétences du futur. Pour en apprendre plus sur la nature des besoins de la métropole en matière de main-d’œuvre et sur les occasions économiques qui s’offrent à nous, consultez le site www.emploisdufutur.com.

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez notre politique de vie privée et l’utilisation de témoins (cookies) pour vous proposer des contenus et services adaptés à vos centres d’intérêt. En savoir plus sur notre politique de vie privée