la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Pour plus d'informations

Téléphone

514 871-4000

Courriel

info@ccmm.ca

Communiqué : Financement des institutions d'enseignement supérieur : pour un effort partagé

Communiqué

Financement des institutions d'enseignement supérieur :
pour un effort partagé

Montréal, le 12 février 2007 – La Chambre de commerce du Montréal métropolitain présente aujourd'hui une mise à jour de son mémoire intitulé « Les institutions d'enseignement supérieur : un enjeu crucial pour le moteur économique du Québec ».

« Pour la Chambre, le sous-financement auquel sont confrontées nos universités est un constat extrêmement préoccupant auquel il est impératif de réagir sans délai, en faisant preuve de créativité. À une époque où la création de richesse passe par la maîtrise et l'application innovatrice du savoir, la formation d'une main-d'œuvre qualifiée devient plus que jamais un enjeu incontournable. Dans ce contexte, il importe de doter les institutions d'enseignement supérieur des moyens financiers et de la marge de manœuvre nécessaires pour attirer et retenir les professeurs, les chercheurs et les étudiants les plus qualifiés », a déclaré Isabelle Hudon, présidente et chef de la direction de la Chambre de commerce du Montréal métropolitain.

Puisqu'il ne fait aucun doute qu'un réseau universitaire de calibre international est au cœur de la compétitivité économique de la métropole, la Chambre propose que chacun des bénéficiaires du réseau universitaire – le gouvernement, les étudiants et les entreprises – soit mis à contribution. La participation active de tous ces acteurs est une condition essentielle à une mise à niveau durable du financement des universités.

Au Québec, le chef-lieu de l'activité économique de haut savoir est, sans contredit, la grande région de Montréal. Ceci s'explique par la présence d'une véritable masse critique en matière de formation et de recherche universitaire : quatre universités sur l'île de Montréal, quatre grandes écoles, des campus universitaires à travers la région métropolitaine, plus de 170 000 étudiants et 75 % de la recherche universitaire québécoise.

C'est donc dans un esprit contributif et responsable que la Chambre présente aujourd'hui une mise à jour du mémoire qu'elle déposait, en mars 2004, à la Commission parlementaire sur la qualité, l'accessibilité et le financement des universités. La Chambre propose de combler le déficit de ressources de fonctionnement général des universités québécoises – évalué par la Conférence des recteurs et des principaux des universités du Québec, pour l'année 2002-2003, à 375,3 millions de dollars – de la façon suivante :

La part du gouvernement : réinvestissement

  • une contribution provenant du gouvernement du Québec égale à celle des étudiants, comblant ainsi la première moitié du déficit;

La part des étudiants : dégel

  • une contribution accrue des étudiants correspondant à la deuxième moitié du déficit dont une partie de l'augmentation des droits perçus devrait systématiquement être versée au régime gouvernemental d'aide financière afin d'assurer l'accessibilité aux études des étudiants les moins nantis;

La part de la communauté des affaires : soutien accru

  • une contribution des principaux bénéficiaires du réseau universitaire tels que les diplômés, les philanthropes, les entreprises et les gens d'affaires, notamment par la coordination de soutiens financiers par des secteurs industriels ciblés, par le biais du remboursement des dettes d'études par les employeurs dans le cadre de la loi du 1 % ou par une contribution financière de l'employeur aux régimes enregistrés d'épargne-études (REÉÉ) comme dépenses salariales.

« Afin d'accroître l'intensité de la recherche et de maintenir la qualité d'enseignement qui fait la renommée de nos institutions, il est nécessaire qu'elles disposent des ressources nécessaires pour assurer leur plein et sain développement. Et dans la mesure où personne ne peut assumer seul cet investissement, nous sommes d'avis que tous doivent faire leur part et mettre l'épaule à la roue », a conclu Isabelle Hudon.

La Chambre de commerce du Montréal métropolitain compte quelque 7 000 membres. Sa mission est de représenter les intérêts de la communauté des affaires de l'agglomération urbaine de Montréal et d'offrir une gamme intégrée de services spécialisés aux individus, aux commerçants et aux entreprises de toutes tailles de façon à les appuyer dans la réalisation de leur plein potentiel en matière d'innovation, de productivité et de compétitivité. La Chambre est le plus important organisme privé au Québec voué au développement économique.

-30-

Source :
Sylvie Paquette
Coordonnatrice, Relations médias
Chambre de commerce du Montréal métropolitain
Tél. : (514) 871-4000, poste 4015
sylvie.paquette@ccmm.qc.ca

Hyperlien au mémoire : www.ccmm.qc.ca/FinancementUniversites