la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Trois éléments à retenir du passage d’Alexandre Taillefer à la Chambre

« Repenser la mobilité doit être l’une de nos priorités collectives », a lancé Alexandre Taillefer lors de son passage à la Chambre de commerce du Montréal métropolitain le 27 septembre dernier. Dans le cadre des Semaines de la mobilité 2017, l’ex-Dragon est venu présenter sa vision de l’avenir de la mobilité durable. Inspiré, l’associé principal de XPND Capital considère que la mobilité est l’une des plus grandes opportunités que le Québec ait connues depuis la nationalisation de l’énergie.

Voici trois éléments clés à retenir de son passage à la tribune de la Chambre.

Quatre indicateurs à viser

Alexandre Taillefer voit une feuille de route comprenant quatre indicateurs autour desquels orienter les objectifs d’ici 2025 pour faire de la mobilité durable une priorité au Québec et augmenter de 23 % à 35 % la part modale du transport en commun dans le Grand Montréal.

Il souhaite d’abord réduire de 1,8 à 1 le nombre de voitures par ménage au Québec. De plus, il croit que tous les résidents des municipalités de plus de 20 000 habitants devraient avoir accès à une forme ou à une autre de système de transport en commun efficace.

Ensuite, il espère que d’ici 2025, les déplacements en transport en commun à l’heure de pointe seront d’un temps égal ou inférieur à ceux des déplacements en auto solo, et ce, dans de meilleures conditions. Finalement, pour le transport actif, Alexandre Taillefer aimerait que chaque individu, enfant ou adulte, fasse 30 minutes de marche ou de vélo pour se déplacer quotidiennement.

À ces quatre indicateurs, le fondateur de Téo Taxi ajoute trois objectifs :

  • Objectif « zéro décès » de piétons et cyclistes impliquant une automobile ou un camion d’ici 2020;
  • Interdire la vente de véhicules à essence d’ici 2030, pour avoir un parc automobile 100 % électrique pour 2040;
  • Interdire la vente de camions à combustion traditionnelle d’ici 2030, pour que tous les camions soient équipés de moteurs verts.

Six chantiers pour y parvenir

Pour atteindre ses ambitieux objectifs, Alexandre Taillefer propose six chantiers de travail.

  • Revoir la structure du ministère des Transports et de la Mobilité durable et la façon dont le gouvernement du Québec intervient en matière de mobilité
  • Réorganiser les systèmes de transport, avec une meilleure collaboration des sociétés de transport et une centralisation des données pour mieux planifier les investissements
  • Optimiser le transport des marchandises et des chaînes logistiques
  • Instaurer une méthode de paiement unique pour tous les modes de transport du Grand Montréal (taxi, métro, autobus, REM, BIXI, autopartage et train de banlieue)
  • Revoir le modèle d’affaires des sociétés de transport pour mieux équilibrer l’apport du public et du privé
  • Demander au secteur privé de mieux s’organiser, notamment par l’intermédiaire de la nouvelle Grappe industrielle des véhicules électriques et intelligents, dont Alexandre Taillefer dirige le conseil d’administration.

De nouveaux projets pour Téo

En plus d’exposer sa vision de la mobilité durable du futur et des moyens qui doivent être entrepris pour maximiser les résultats, Alexandre Taillefer a profité de sa tribune à la Chambre pour faire le point sur Téo Taxi, justement lancé devant les gens d’affaires de Montréal en novembre 2015.

En deux ans, Téo a fait près de 600 000 courses et ses voitures, 100 % électriques, ont parcouru 9 millions de kilomètres.

Deux nouveaux volets de Téo sont en développement. D’abord, Téo Express, qui offrira un service de livraison de marchandises de derniers kilomètres, toujours 100 % électrique. Puis Téo Cargo, qui mettra de l’avant un service de transport par camion 100 % électrique entre Montréal et Toronto.