la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Le REM, un projet structurant

L’aéroport Montréal-Trudeau le réclame depuis longtemps. Les résidents de l’Ouest-de-l’Île de Montréal aussi. Avec la construction du nouveau pont Champlain, le projet s’impose de lui-même.

Dès l’annonce du futur Réseau électrique métropolitain, la Chambre s’est réjouie de ce projet ambitieux qui répond aux attentes de la communauté d’affaires et qui profitera à toute la population de la région métropolitaine de Montréal.

La Chambre estime que l’initiative de la filiale CDPQ Infra de la Caisse de dépôt et placement du Québec viendra révolutionner la mobilité urbaine de la métropole.

La Chambre a présenté un mémoire sur le projet à la commission du Bureau d’audiences publiques sur l’environnement le jeudi 29 septembre. Sa position, basée sur le fait que le projet repose sur des principes de développement durable, visait à démontrer tous les avantages, à la fois économiques et environnementaux, qui pouvaient découler de ce projet d’envergure.

Il importe que le REM soit en parfaite complémentarité avec les services de transport en commun existants, en particulier le réseau du métro de Montréal. Avec ses trois stations projetées sur chacune des principales lignes de métro (Édouard-Montpetit, ligne bleue), McGill (ligne verte) et Bonaventure/gare Centrale (ligne orange), nul doute que la fluidité des déplacements sera grandement améliorée.

Un système d’envergure internationale

Le REM de la Caisse serait le troisième plus grand réseau de transport automatisé au monde. Avec ce moyen de transport à la fois moderne, rapide et fréquent, Montréal se doterait d’un système d’envergure qui lui permettrait de rayonner à l’international. Ce sont les citoyens, les travailleurs et les étudiants, mais aussi les touristes, qui en bénéficieraient.

La congestion routière nuit à notre attractivité et à notre productivité. Les coûts de la congestion dans la région métropolitaine étaient récemment évalués à 1,8 milliard de dollars par année par le ministère des Transports du Québec. Dans cette perspective, le REM réduirait la pression exercée sur le réseau routier, diminuerait l’utilisation de l’auto solo et, dans la foulée, les émissions de gaz à effet de serre. En plus d’être une solution entièrement électrique au transport urbain dans la région métropolitaine, il s’agit d’un investissement collectif, dont l’objectif à moyen et à long terme est d’être rentable pour le bas de laine des Québécois. Il viendra revitaliser certains secteurs le long du tracé en augmentant leur potentiel de développement économique.

Du positif

Les avantages du projet éclipsent largement ses inconvénients. Aucun projet d’infrastructure n’est à impact zéro et ne peut être parfait aux yeux de tous les acteurs impliqués. La communauté d’affaires estime que le projet de REM est un incontournable pour l’avenir de la région métropolitaine et la Chambre invite la commission du BAPE, dans son mémoire, à donner un avis favorable sur le projet au ministère du Développement durable, de l’Environnement et de la Lutte aux changements climatiques.

Pour consulter le mémoire de la Chambre ,cliquez ici.