la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Affaires et patrimoine : un partenariat novateur et structurant

Le coup d’envoi des célébrations du 375e anniversaire de Montréal est à nos portes. Les préparatifs qui sont en cours depuis plusieurs mois nous rappellent sans cesse à quel point il s’est développé une riche histoire dans la métropole. Il suffit d’ailleurs de déambuler sur quelques coins de rue du centre-ville de Montréal pour en être témoins.

Déjà, en mars dernier, la Chambre profitait de la 10e édition de son Forum stratégique annuel sur les grands projets pour souligner l’importance de revitaliser les nombreux lieux patrimoniaux et emblématiques qui ont contribué à bâtir le Montréal d’aujourd’hui.
Le Forum a permis de démontrer que les acteurs du milieu et la communauté d’affaires devaient se donner des mécanismes permettant à la fois de préserver le patrimoine et de réaliser des projets pour en assurer la vitalité et leur éviter l’abandon. Cependant, la réalisation de tels projets se doit d’être rentable pour justifier des investissements privés.

Il s’agit là d’un effort nécessitant une cohésion de tous les acteurs : les promoteurs doivent faire preuve d’audace tout en reconnaissant la valeur historique des bâtiments; les financiers, en reconnaître le potentiel; et les amoureux du patrimoine, constater la nécessité d’offrir un rendement de l’investissement. Le Forum a mené à la conclusion qu’il y a, à Montréal, tout le potentiel créatif et innovant pour proposer des projets à la hauteur des actifs à valoriser.

Montréal, proactive dans un projet emblématique de son histoire

Un bon exemple de ces actifs est le site des Religieuses hospitalières de Saint-Joseph, situé le long de l’avenue du Parc, entre les avenues des Pins et Duluth, sur le flanc est du mont Royal. La cofondatrice de Montréal et fondatrice de l’Hôtel-Dieu voisin, Jeanne Mance, faisait partie de cette congrégation religieuse. En mai dernier, la Ville de Montréal a annoncé publiquement son intention de racheter le site aux religieuses, avec pour objectif de conserver, dans sa nouvelle vocation, l’âme et la nature de l’endroit.

Le 1er novembre, la Chambre a organisé, à l’invitation de la Ville, une rencontre réunissant des représentants de la Ville de Montréal et du milieu des affaires afin de discuter des nouvelles vocations possibles pour le site. Des points de vue sur des intérêts personnels et des expertises professionnelles ont été échangés au cours de la rencontre afin de permettre l’émergence d’idées à vocation commerciale pour l’aménagement d’une partie du site, tout en préservant ses valeurs. Montréal proposera un plan directeur au début de 2017.

Des actifs stratégiques

D’ailleurs, plusieurs établissements de la métropole qui représentent des occasions à fort potentiel imposent que nous réfléchissions à la prochaine étape de leur vocation. L’hôpital Royal Victoria, aujourd’hui vide, le silo no 5 et l’Hôtel-Dieu en sont de bons exemples.

La Chambre a abordé la question des actifs publics excédentaires dans son mémoire sur la Stratégie centre-ville, présenté le 3 novembre dernier à l’Office de consultation publique de Montréal. La Chambre tenait à attirer l’attention sur ces bâtiments d’intérêt qui pourraient contribuer à consolider plusieurs des ambitions de la Stratégie.

Même en célébrant son passé, Montréal est résolument tournée vers l’avenir. La reconversion des immeubles emblématiques peut se faire en conjuguant les objectifs de la Stratégie, les besoins du marché ainsi que les impératifs patrimoniaux. Il est primordial de nous donner les moyens de continuer à développer nos actifs en misant sur notre riche patrimoine et la dynamique communauté d’affaires de la métropole.