la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Comment avoir de l’impact dans votre organisation?

Un message doit être véhiculé tant par les mots choisis que par l’attitude de l’orateur qui le délivre. Nicole Simard, conférencière, auteur et présidente de Nicole Simard communication, aborde aujourd’hui le concept d’impact professionnel. Cette spécialiste du savoir-dire en affaires aide depuis plus de 20 ans les gestionnaires, les cadres et les professionnels à améliorer leurs habiletés en communication verbale. Elle définit pour nous ce concept et explique comment et pourquoi l’améliorer.

Chambre de commerce du Montréal métropolitain (CCMM) – Qu’est-ce que l’« impact professionnel »?

Nicole Simard (N.S.) – C’est l’influence qu’une personne exerce sur son entourage grâce à ses idées. Ce terme dépasse largement la notion d’image. Il englobe un ensemble de facteurs tous plus importants les uns que les autres.

CCMM – Sommes-nous conscients de l’impact que nous générons?

N.S. – Non. La plupart des gens ont une certaine perception de ce que les autres voient ou pensent d’eux-mêmes. L’erreur la plus fréquente est de définir son impact strictement par ses connaissances et son expertise. Or, il s’agit plutôt de la trace que nous laissons au sein de notre entreprise, de l’effet que nous produisons sur notre entourage, et non des objectifs que nous avons atteints dans la réalisation de nos projets.

CCMM – Quels sont, selon vous, les principes clés pour développer son impact professionnel dans son entreprise?

N.S. – D’abord, il faut avoir conscience que nous sommes définis en permanence à travers le regard des autres. C’est pourquoi il est important d’avoir un comportement constant, que ce soit à la cafétéria, en réunion ou avec un client.

Ensuite, développer son impact implique de bien se connaître. Ce n’est pas une décision qui, une fois prise, est effective dès le lendemain. C’est au contraire une véritable prise de conscience, une sorte de recul que l’on prend et un travail que l’on fait sur soi.

Voici six recommandations pour avoir un bon impact :

  1. Étudiez la théorie de l’effet. C’est une théorie qu’Yvon Chouinard et moi-même avons développée : pour avoir de l’impact, il faut exercer une attraction physique, émotionnelle et intellectuelle sur les autres.
  2. Adoptez une gestuelle fluide et significative. Il s’agit d’incarner votre rôle physiquement pour avoir une gestuelle cohérente avec ce que vous dites. Un exemple (et non le moindre!) : Barack Obama. Son langage non verbal appuie parfaitement ce qu’il dit et renforce ainsi sa crédibilité.
  3. Travaillez votre posture. Celle-ci représente-t-elle qui vous êtes? Comment vous assoyez-vous en réunion? Avez-vous les épaules roulées vers l’avant? Le dos droit ou courbé? Adoptez-vous une position d’ouverture ou de fermeture?
  4. Choisissez vos mots avec soin. Réfléchissez toujours à ce que vous voulez dire et comment vous souhaitez le communiquer. Je ne le répéterai jamais assez : la préparation est essentielle. Par exemple, lorsque vous participez à une activité de réseautage, votre fameux elevator pitch doit être clair. En trente secondes, la personne qui vous fait face doit avoir une idée précise de qui vous êtes et de ce que vous faites.
  5. Prêtez attention à la portée et à la qualité de votre voix. Ce point est majeur dans une carrière. Parlez-vous d’un ton retenu, gêné, menaçant, bienveillant, nonchalant ou directif? Quel message vos interlocuteurs reçoivent-ils?
  6. Développez votre écoute. J’illustrerai cet élément par une déclaration de Lee Iacocca, ancien dirigeant de Chrysler : « J’aimerais trouver un institut qui apprendrait aux gens la véritable écoute. Trop de personnes oublient que la vraie communication va dans les deux sens ». Conclusion? Lorsqu’un interlocuteur vous parle, votre esprit doit être disponible et ouvert à ses propos.

CCMM – Quels sont les avantages qui découlent d’un bon impact professionnel tant pour l’entreprise que pour soi-même?

N.S. – Pour l’entreprise, la personne qui connaît vraiment son impact pourra mobiliser plus de gens et les rallier autour d’un projet. Quant au gestionnaire, il verra son pouvoir d’influence s’accroître et il deviendra une personne recherchée par son entourage. Un bon impact peut être déterminant dans une carrière professionnelle.

En conclusion, je dirai que la communication est possiblement la source la plus importante de pouvoir personnel. Nous ne communiquons pas seulement de l’information, mais également ce que nous sommes. C’est pour cette raison que je travaille toujours avec les forces et les habiletés naturelles des gens; ils peuvent ainsi se débarrasser de tout ce qui pourrait leur nuire.

Inscrivez-vous à notre prochaine formation

En savoir plus sur Nicole Simard


Lectures recommandées sur le leadership :

10 trucs pour en faire plus et atteindre vos objectifs en 2017

Gestionnaires, êtes-vous des leaders 2.0?