la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

Y a-t-il un entrepreneur qui sommeille en vous?

Vous avez une idée et vous vous interrogez sur le potentiel qu’elle recèle pour en vivre. Mais ce potentiel dépend avant tout de vous : de votre personnalité, de vos aptitudes et de vos compétences professionnelles. Aussi, la vraie question est : avez-vous l’étoffe d’un entrepreneur? S’il n’y a pas de profil type pour caractériser celui-ci, nous avons identifié les principales forces requises pour que l’aventure marche, d’après les avis d’experts Acclr du centre de ressources Info entrepreneurs et une compilation des articles les plus pertinents sur le sujet.

Les qualités distinctives

Une personne entrepreneure est :

  • Déterminée;
  • Passionnée;
  • Persévérante;
  • Confiante (en elle et en ses compétences) et enthousiaste;
  • Autodidacte et débrouillarde;
  • Créative, imaginative et curieuse;
  • Organisée.

« Un entrepreneur doit être animé d’un rêve pour réussir son projet et d’une passion qui l’alimentera pour répondre aux défis qui l’attendent. »

- Kamal Terraf, conseiller, programmes de soutien aux entreprises,Info entrepreneurs.

Les aptitudes déterminantes

Celles-ci pourraient se résumer en une phrase : une personne entrepreneure a des nerfs d’acier et sait prendre des risques. Plus précisément, il vous faut avoir :

  • Le goût du défi.
    Chaque problème a sa solution et chaque difficulté peut être contournée par de nouvelles avenues, qui sont autant de nouvelles opportunités à explorer. Les situations complexes ne vous font pas peur. Pour vous, la montagne n’est jamais trop haute à gravir.
  • Une bonne tolérance au risque.
    Quitter un emploi stable pour lancer son entreprise est un pari que vous faites sur l’avenir. C’est d’ailleurs votre première gageure. La prise de risque est quotidienne dans la vie d’un entrepreneur, mais calculée. Cependant, certains pensent qu’elle peut être influencée par qui vous êtes (votre aplomb, votre force de travail, votre manière de diriger l’entreprise…) et ce que vous avez (un réseau, de l’argent, des informations…).
  • La faculté de gérer le stress. Essentielle pour ne pas prendre des décisions émotionnelles. Cette aptitude implique d’accepter l’ambiguïté et l’incertitude et de savoir s’y adapter.
  • La capacité d’encaisser l’échec.
    Dans votre vie personnelle comme en affaires, vous savez rebondir sur l’échec, vous nourrir de cette expérience pour grandir et vous améliorer. C’est, en somme, une étape nécessaire pour mener votre entreprise au succès.
  • Une force de travail.
    Le démarrage d’une entreprise, c’est un travail 24 h sur 24, sept jours sur sept, pendant au moins les deux premières années, jusqu’à ce que vous puissiez toucher un salaire et obtenir un rendement de votre investissement. Il faut donc avoir pleinement conscience des sacrifices que cela demande.
  • Un rapport sain et non émotionnel à l’argent.
    Vous devez être un bon financier, qui saura vivre sur un pécule mis de côté dans les premiers temps et constituer des réserves lorsque les contrats entreront, afin de pouvoir traverser les périodes creuses.

Les habiletés professionnelles

Une personne entrepreneure se reconnaît à :

  • Ses compétences rigoureuses en gestion et en administration.
    Celles-ci sont décisives pour assurer la bonne gestion opérationnelle de l’entreprise. C’est un gage de succès, selon Stéphane Castellani, qui explique qu’une idée représente à elle seule 30 % de la qualité du projet et l’excellence opérationnelle en représente plus de 50 %[1]. Sans ces précieuses compétences, il est donc difficile de mener à bien ses activités.
  • Sa polyvalence.
    Il faut être capable de toucher à tous les domaines : marketing, comptabilité, service client, ressources humaines…

Un entrepreneur prêt à se lancer se reconnaît à…

  • Son besoin de se réaliser, de créer quelque chose de ses propres mains;
  • Son solide plan d’affaires et sa facilité à expliquer son modèle;

« Un entrepreneur doit démontrer qu’il a fait ses recherches et ses devoirs, c’est-à-dire qu’il connaît son produit ou son service ainsi que sa clientèle cible. »

- Linda Boisvert, conseillère, programmes de soutien aux entreprises, Info entrepreneurs.

  • Sa capacité de s’impliquer financièrement, à hauteur minimale de 25 % du coût de son projet.
  • Son réseau, pierre angulaire du succès de son projet, comprenant des partenaires choisis pour leurs compétences, complémentaires aux siennes.

Des erreurs à ne pas faire

  • Démarrer une entreprise pour de mauvaises raisons (la volonté de ne plus travailler pour les autres, mais de récupérer ses patrons comme clients; utopie de devenir riche rapidement; flexibilité d’horaire…);
  • Sous-estimer l’utilité d’une étude de marché et d’un plan d’affaires;
  • Penser que l’on peut tout faire seul. Il faut au contraire être en mesure de déléguer.
  • Asseoir la réalisation de son projet sur l’octroi de fonds gouvernementaux.

« Pour devenir un bon entrepreneur, il faut vouloir changer le monde, pas juste vouloir faire de l’argent. »

- Alexandre Taillefer, associé principal, XPND Capital.

L’entrepreneuriat est bien plus qu’une carrière qu’on embrasse, c’est un projet de vie. Ayez pleinement conscience de vos forces et de vos faiblesses et restez à l’affût du bon moment pour vous lancer.

Poursuivez sur le sujet avec le dossier d’Info entrepreneurs

Sources :

Avez-vous l’étoffe d’un entrepreneur?, Les Affaires, 2013.

Pourquoi ont-ils réussi leur start-up ou leur entreprise?, Le Journal du Net, 2011.

5 signs you have what it takes to be an entrepreneur, Entrepreneur.com, 2017.

Do you have what it takes to be an entrepreneur, Entrepreneur.com.

Should you be an entrepreneur?, Harvard Business Review, 2010.

 


[1] Pourquoi ont-ils réussi leur start-up ou leur entreprise?, Le Journal du Net, 2011.